La nécessité de cultiver une culture catholique

La nécessité de cultiver une culture catholique
Rate this post

Nous vivons dans un monde où la technologie et la culture pop sont constamment en train de dominer, surtout dans la société. La jungle de béton, construite toujours plus haut et plus étendue, permet au bombardement des médias et du divertissement de nous atteindre facilement. Comme toute entreprise technologique, cette saturation culturelle apporte à la fois du bon et du mauvais. Dans ce paysage médiatique changeant, comment le catholique peut-il participer à cette culture et s’y engager ?

La culture : Le plus ancien travail de l’homme ordonné par Dieu

L’arrière-plan linguistique de notre terme anglais culture est enraciné dans le concept de cult-ivation, une notion d’entretien ou de croissance, un sens des activités agricoles qui, lorsqu’elles sont correctement exercées, sont censées porter des fruits.

La signification de cette association philologique de l’agriculture et de notre compréhension moderne de la culture populaire peut être observée en examinant la plus ancienne histoire trouvée dans les Saintes Écritures. La Genèse 2:15 dit : « Le Seigneur Dieu prit alors l’homme et l’installa dans le jardin d’Eden, pour le cultiver et en prendre soin. » Notez que cette instance est antérieure à la chute d’Adam et Eve, que l’aspect fondamental du travail fait partie du plan divin de Dieu pour l’existence humaine. Mais il ne s’agit pas non plus de n’importe quel type de travail ; il ne s’agit pas de construire un arc ou un temple. Ce premier appel de l’humanité au travail physique se trouve littéralement dans l’agriculture.

Les versets contenus dans les Écritures sont connus pour présenter souvent de multiples dimensions de communication. Les écrits bibliques peuvent être livrés dans différents genres aussi variés que toute autre forme de littérature et comprennent les genres de l’histoire, du récit, de la prophétie et de la poésie. (Bien que, contrairement aux autres livres, la Bible doit toujours être tenue dans la plus haute considération spirituelle en tant que logos, la Parole de Dieu). Le logos tel qu’il est défini dans la Genèse est d’abord la relation historique des premières rencontres de l’homme avec son Créateur, mais le passage cité pourrait aussi transmettre un autre message si nous considérons le jardin et l’acte de cultiver comme des symboles métaphoriques. Dans ce cas, le jardin serait considéré comme un type de culture et de culture, un type de réforme, de critique et de commentaire de cette culture.

Notre culture découle de la nature et des événements de la société dans tous ses domaines d’activité. De même qu’Adam et Eve ont été chargés de l’Eden, les catholiques ont une obligation envers la culture dans laquelle ils vivent. La principale tâche à accomplir, que ce soit en jardinant ou en s’occupant de la culture, est d’être observateur et de réagir. Si des mauvaises herbes se regroupent autour des légumes qui ont été plantés et entravent leur développement, il faut les enlever pour le bien du jardin.

De même, s’il existe des problèmes éthiques dans notre culture, il faut les aborder, montrer qu’ils sont immoraux, les déraciner. Quiconque a passé du temps à désherber sait que toutes les mauvaises herbes ne sortent pas sans combattre. Tout comme le jardinier est attentif à la croissance de sa récolte et à l’emplacement des mauvaises herbes, les catholiques doivent être vigilants pour affronter les maux de leur temps. Cela signifie qu’il ne suffit pas d’être conscient des maux qui existent dans le monde. Cela implique de les dénoncer chaque fois qu’on le peut, de prier pour que le mal soit vaincu et de prendre d’autres mesures adaptées aux circonstances individuelles.

Le sexe à sensation, les drogues pour le plaisir, l’euthanasie : autant de péchés graves qui sont glorifiés par la culture populaire. Ils sont dépeints comme des actes libérateurs et gratifiants. Si les catholiques ne manifestent pas un dégoût visible pour de tels péchés et ne discutent pas de la manière dont ils sont nuisibles à la société, nous laissons simplement le mal rouler sur notre dos, sans entrave et sans répit. Nous laissons, au sens figuré, les portes de la ville ouvertes aux attaques, et nous courons le risque de nous fondre de tout cœur dans la culture populaire et de masse de toutes les mauvaises manières – celles qui nuisent à notre conscience et à nos normes morales. Lorsque vous affrontez une perte ou que vous avez subi un choc, la culture vous indique les drogues et l’alcool comme remèdes. Les relations sexuelles avant le mariage sont à deux doigts du viol. Quelle est la différence entre avorter un bébé de neuf mois et tuer un enfant de trois ans ? Tels sont les dilemmes moraux qui se posent à nous au XXIe siècle.

Étapes fondamentales de la construction d’une culture catholique

Une des premières mesures utiles à mettre en place est un commentaire et une critique catholique de la culture populaire. Lorsque vous regardez un film ou une émission de télévision qui montre de la nudité graphique, simplement de la pornographie placée dans un média révisé, vous êtes probablement appelé à l’éteindre. Ne soumettez pas vos yeux, les fenêtres de l’âme, à quelque chose qui se termine dans le vide. Lorsque le sexe avant le mariage est montré dans un cadre positif, faites en sorte de discuter de son immoralité avec toute autre personne qui pourrait être en train de regarder.

Même avec des exemples comme ceux que l’on trouve dans les œuvres de la culture populaire, tout n’est pas sombre et complètement morne. Le commentaire va dans les deux sens. Si la culture populaire présente souvent des caractéristiques négatives, il arrive aussi que certains artistes et leurs œuvres appellent une approbation et un soutien retentissants. Lorsqu’un film dépeint un personnage fort (basé sur la morale chrétienne) qui doit faire face à ses propres défauts ainsi que vaincre le mal ailleurs, les conteurs cinématographiques méritent leurs applaudissements.

Les catholiques sont également appelés à utiliser leurs talents et leurs capacités financières pour façonner la culture pour le bien commun. Les écrivains, artistes, réalisateurs et acteurs catholiques sont appelés à apporter le Christ et l’Évangile dans leur travail. Certes, tous les catholiques sont censés le faire sur leur lieu de travail et où qu’ils se trouvent. Mais un créatif a, en théorie, un plus grand potentiel pour influencer les masses par la façon dont il délivre son message.

L’art, le cinéma et la littérature modernes doivent souvent présenter le message du Christ d’une manière nuancée, rafraîchissante et attrayante par le biais du symbolisme et de l’éthique. La culture doit être cultivée – comme un jardin ou un champ.

Nourrir et désherber

Certaines des paraboles les plus profondes et les plus efficaces de notre Seigneur utilisent le symbolisme agricole. (Et c’est parfaitement logique, étant donné que tant de gens ordinaires de l’époque de Jésus étaient des agriculteurs ou des cultivateurs). En outre, un autre appel à l’action peut être trouvé dans un bref commentaire que Jésus fait à ses disciples. « À la vue des foules, son cœur fut ému de pitié pour elles, car elles étaient troublées et abandonnées, comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux ; demandez donc au maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson » (Matthieu 9, 36-38).

Classiquement, ce passage est représenté comme un appel à la vie religieuse, en particulier au sacerdoce. Mais il pourrait aussi indiquer la nécessité pour les catholiques de cultiver une culture riche et pleine de vérité qui porte de bons fruits. Nous sommes appelés à participer et à contribuer à cette culture. Certains papes sont allés jusqu’à faire cette même remarque.

Le pape Jean-Paul II a déclaré : « La recherche de la vérité, du beau et du bien n’est pas un exercice pragmatique, mais plutôt un exercice culturel et éthique. C’est un service au développement humain et un chemin d’évangélisation. »

Ailleurs, le saint note que « la foi chrétienne ne détruit pas la culture mais la purifie et l’élève. Elle n’enlève rien à la valeur authentique d’une société ou d’une nation. »

Cette participation active et cette critique de la culture, cette construction sur la vérité et la beauté, sont vitales pour la survie de la foi catholique. Pourquoi ? L’un des commandements de Dieu dans la Genèse fournit la réponse. « Dieu dit aussi : Voici, je vous donne toute plante portant de la semence sur toute la terre et tout arbre ayant des fruits portant de la semence pour votre nourriture » (Genèse 1:29). Nous récoltons ce que nous semons, et nous sommes ce que nous mangeons. C’est un peu trop simplifié. Néanmoins, c’est vrai. Que nous nous engagions à fond dans la culture ou non, nous en faisons toujours partie. Nous ne pouvons pas en être séparés. Nous sommes des consommateurs de culture. Quoi qu’il en soit, la culture dans laquelle nous vivons, quelle qu’elle soit, a un effet sur nous. Si notre culture n’est pas fondée sur la vérité, nous sommes condamnés à être victimes de ses « mauvais fruits », de ses influences malveillantes. Ainsi, les catholiques doivent être des bâtisseurs de la culture.

Une autre façon importante d’interagir avec la culture est de montrer votre soutien (souvent financier) en faveur ou contre certains projets. Si une partie suffisante de la population catholique était prête à le faire, elle serait en mesure de changer la culture petit à petit. Encore une fois, le commandement de Dieu depuis le début va au-delà du simple fait de dire à Adam et Eve de manger du fruit du jardin. Il y a une rare restriction mise en place. « Le Seigneur Dieu donna à l’homme cet ordre : Tu es libre de manger de tous les arbres du jardin, sauf de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Tu ne mangeras pas de cet arbre ; si tu en manges, tu mourras » (Genèse 2:16-17).

En ce qui concerne les types de médias que nous pouvons décider d’expérimenter ou non, il y a ceux qui sont autorisés et ceux qui doivent être évités. Si une émission de télévision dépeint la haine associée à la vengeance d’une manière positive et approbatrice, elle ne devrait pas être le divertissement qui occupe l’attention de jeunes impressionnables. S’il y a une exposition de photographies d’art, mais que vous savez que plusieurs des portraits sont des nus graphiques, devriez-vous vous rendre à cette exposition ? Est-ce que le fait d’assister à un spectacle de musique en direct avec des danseurs affichant des décolletés en vaut la peine ? Parfois, vous ne devriez pas voir le film, même si vous en avez envie, en raison de son contenu ou de son thème. Les scénarios sont trop réels pour être ignorés, et des décisions sont fréquemment prises à leur sujet.

En tant que catholique, si vous savez qu’une entreprise ou un individu soutient de manière flagrante un vice mortel, vous devez vous demander s’il est moral de lui apporter un soutien financier. Par exemple, soutenez-vous le magasin ou le cinéaste qui promeut sans réserve l’avortement ? La société catholique doit continuer à faire partie de la société mondiale : elle doit être instruite, engagée et, si nécessaire, critique. Nous devons nous demander : « Est-ce que cela aide la culture à croître de manière significative et à se rapprocher du Christ ? »

La culture exige à la fois la prière et l’action pour la guérison. Avec Dieu qui nous guide, nous sommes appelés à être les porteurs de la Parole dans le monde, en changeant la culture de la mort en une culture de la vie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.