L’espérance du Christ devrait être la nôtre aussi

L'espérance du Christ devrait être la nôtre aussi
4.4/5 - (7 votes)

L’espoir du Christ devrait être le nôtre aussi. La vie est pleine de luttes et de conflits. Pourtant, les problèmes ne sont pas mauvais en soi. Ils ont une fonction, comme tous les aspects de notre existence.

Le but de la douleur

On dit souvent que les épreuves ne sont que cela : des épreuves, un test de notre loyauté, de notre foi et de notre espoir en Dieu. Dieu nous demande : « Qui détient votre confiance ? » La bonne réponse devrait, bien sûr, être Dieu. Mais les tribulations mortelles sont aussi destinées à servir un autre but. La souffrance est destinée à être sacrifiée, offerte à Dieu.

Le Christ lui-même est le modèle ultime de cet attribut. La Passion était une souffrance. Jésus était le sacrifice. Il s’est soumis à des tourments spirituels et physiques. Il s’est offert, tout entier, sur l’autel de la Croix. Il a supplié Dieu le Père d’accorder son pardon à ceux qui ont participé à son exécution. Il est étonnant de constater que pendant toute la durée de son horrible torture et de son asphyxie, le Christ n’est jamais enregistré comme ayant réprimandé ses meurtriers. Son message est un message d’amour, de pardon, d’acceptation tranquille des blessures ou des irritations personnelles. En outre, son exemple est celui d’une confiance totale en Dieu le Père.

Le Christ, principal exemple de souffrance

Juste avant sa persécution et son exécution, nous trouvons Jésus en train de suer son sang dans le jardin de Gethsémani. Il prie son Père céleste. Non seulement cet incident met en évidence la place importante que la prière devrait occuper dans nos vies, surtout avant de prendre de grandes décisions, mais il nous montre aussi à quoi ressemble une confiance totale, un espoir total. « Après s’être retiré à environ un jet de pierre d’eux et s’être agenouillé, il pria en disant : ‘Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne' » (Luc 22:41-42). C’est le visage de l’espérance.

Le Christ, comme tout homme et toute femme, n’a jamais connu la mort. Pourtant, renonçant à la peur, il soumet sa volonté et ses désirs au Père. Il aime son Père et cherche à s’unir à lui. Il a confiance que la Première Personne de la Sainte Trinité lui donnera la force de triompher dans sa mission. C’est ce que Paul appellera plus tard l’achèvement de la course. Cette disposition est celle de la vertu d’espérance, l’une des trois vertus théologales. Et elle est vitale pour mener une vie fidèle en Christ.

La lueur d’espoir à venir

En examinant de près un incident ultérieur, proche du point culminant de sa Passion, nous constatons que Jésus ne perd jamais l’espoir dans le Père.  » Vers trois heures, Jésus s’écria d’une voix forte :  » Eli, Eli, lema sabachthani ? « , ce qui signifie :  » Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? « . Quelques-uns des spectateurs qui l’entendirent dirent : « Celui-ci appelle Élie » (Matthieu 27:46-47). Le cri de Jésus appelant le Père n’est pas, comme on l’interprète parfois, un cri de désespoir. Il s’agit plutôt d’une référence directe au psaume 22, qui est un psaume d’espoir davidique.

Le psaume 22 commence de manière plutôt lugubre : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Pourquoi es-tu si loin de mon appel au secours, de mes cris d’angoisse ? Mon Dieu, j’appelle le jour, mais tu ne réponds pas ; la nuit, mais je n’ai pas de secours… ». Cependant, ce n’est pas la fin. La persistance du psalmiste dans la prière, stimulée par l’espoir en Dieu, ne s’avère pas vaine. Le psaume 22, 25-26 en fait état : « Car il n’a ni repoussé ni dédaigné la misère de ce malheureux, il ne s’est pas détourné de moi, il m’a exaucé quand j’ai crié. J’offrirai mes louanges dans la grande assemblée, j’accomplirai mes vœux devant ceux qui le craignent. »

Néanmoins, la fin de David est inévitable. De même, le roi des Juifs, le roi de l’univers, meurt sur une croix. Mais, de même que le verset que le Christ a cité sur la croix n’était pas la fin du psaume, de même la mort du Christ n’était pas la fin de l’histoire du salut. Car il n’y aurait pas eu d’histoire du salut si le Christ n’était pas sorti victorieux – ce qu’il a fait.

Le troisième jour, il est ressuscité des morts. C’est sa passion et ce retour imbattable qui ont ouvert les portes du paradis aux pécheurs. Le salut était accompli. Le Christ a ouvert la voie de la vie éternelle à toute l’humanité, à ceux qui ont cru et l’ont suivi.

Pas besoin de peur et d’anxiété lorsque nous faisons confiance à Dieu

L’espoir s’est manifesté pour notre Seigneur. Par la suite, d’innombrables saints et saintes catholiques ont également eu recours à l’espoir. L’une de ces saintes qui a donné un compte rendu personnel des avantages de la confiance totale en Dieu est sainte Elizabeth Ann Seton, fondatrice et enseignante. Dans une lettre à une amie, elle écrit

Pensez… combien nous avons survécu à ceux dont nous avions calculé que la vie serait certainement plus longue que la nôtre ! Et combien nous sommes incapables de juger des événements futurs ! Si votre crainte se réalise, rappelez-vous le Protecteur infaillible que nous avons. Mais il ne divisera pas votre confiance ; fiez-vous uniquement à lui, et par expérience, je peux déclarer que cela produira les sensations les plus paisibles et les jouissances les plus parfaites dont le cœur est capable.

Seton aborde le fait que, dans la limite de nos connaissances et de notre pouvoir, nous ne pouvons jamais être totalement préparés aux conflits, aux désastres, à la tristesse. Mais, si nous plaçons notre foi et notre espérance en Dieu, nous ne trouverons pas seulement la paix en nous-mêmes. En nous débarrassant de notre anxiété, nous finirons par atteindre l’allégresse surnaturelle. Les soucis et les malheurs, qu’ils soient grands ou petits, ne méritent pas une place dans le cœur du chrétien. Comme notre Sauveur lui-même l’a dit dans Matthieu 6:34, « Ne vous inquiétez pas du lendemain ; le lendemain s’occupera de lui-même. Suffit à un jour son malheur ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.